consortium

[Consortium] 

Complémentarité des regards sur les territoires ou comment « faire équipe » 

Depuis quelques années s’expérimentent, notamment au sein de « collectifs d’architectes », de nouvelles manières, inclusives, transitoires et incrémentales, de faire la ville. Les métiers de l’urbain sont devenus divers et hétérogènes, tandis que les manières de les exercer ne cessent d’évoluer et que s’intensifient les relations interprofessionnelles. Dans ce cadre, les « compétences de coordination, de pilotage et de médiation » sont de plus en plus mises en avant. Il en est de même des chercheurs qui, issus de champs disciplinaires différents, se doivent de réfléchir – ensemble et non à côté – sur les mêmes territoires d’étude. Dans le cadre du projet POPSU, nous avons choisi prioritairement d’associer les chercheurs de l’UMR Territoires (géographes, agronomes, …) à ceux du GRF Ressources de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Clermont-Ferrand (architectes, historiens, sociologues…), les uns et les autres étant engagés dans des recherches sur les territoires métropolitains d’une part ; sur les territoires ruraux d’autre part, tous ayant déjà l’expérience de recherches-actions, dont certaines par le projet (Annexe 2). 

À travers les différentes recherches proposées, l’objectif est de constituer des groupes pluri-disciplinaires au sein du consortium pour décloisonner la recherche et apporter des regards croisés sur les objets d’étude. Au-delà du consortium réunissant l’UMR Territoires et l’ENSACF, nous procéderons pour certaines recherches (le vocabulaire, les marches…) à des ouvertures par système d’appels à projets ciblés à l’endroit d’autres chercheurs des laboratoires clermontois, tels que le ClerMa, le CELIS, l’école supérieur d’art…voire en faisant appel à des chercheurs invités experts. 

GRF Ressources (ENSACF)  

Au sein de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Clermont-Ferrand, le Groupe de Recherche Ressources – structure pluridisciplinaire composée de 20 chercheurs permanents et associés, validée par le BRAUP en 2015 – a  clairement assumé d’orienter tous ses questionnements de recherche sur les marges en affirmant que par la marge et de la marge naissent des savoir-faire spécifiques, et que la marge ne peut s’entendre seulement comme un élément dépréciatif, mais est au contraire porteur de valeurs positives et d’actions novatrices. Le questionnement problématique qui anime notre groupe de recherche s’appuie sur la mise en relation et en résonance de deux termes Architecture et marges. Cette thématique, Architecture et marges, trouve son sens et sa pertinence dans le contexte contemporain, marqué par une crise systémique (tout à la fois environnementale, sociale, politique, économique) et par de profondes mutations (mondialisation ; territoires, ancrages et mobilités multiscalaires ; révolution numérique ; société de la connaissance), produisant du paradoxe : un monde qui s’ouvre (échanges mondialisés, rapidité de l’information, transferts de connaissances et de compétences, etc.) autant qu’il se referme sur lui-même (repli identitaire, fermeture des frontières, etc.). Notre programme de recherche se développe autour de deux axes, « les marges de l’architecture », et « l’architecture des marges », interrogés par une transversalité « Outils : observation, transformation, médiation ». Dans le cadre de l’élaboration du projet d’établissement, l’ENSACF entend privilégier deux thématiques spécifiques : les ruralités ou alter-ruralités dans leur relation aux métropoles et l’expérimentation, via les outils de l’architecte à requestionner. Depuis quelques années, les enseignants-chercheurs ont accumulé nombre de connaissance sur les territoires ruraux aux marges métropolitaines, la métropole clermontoise étant toujours prise comme point de référence et comparée à d’autres situations semblables en Europe.  Conf aussi les travaux et partenariats en Master de l’ENSACF (DE ETEH : petites et moyennes villes du massif central / partenariat avec la ville de St Flour) ; DE EVAN : Atlas des friches industrielles, projets Limagne, et réflexions sur les outils de l’architecte – Biennale d’architecture Lyon 2017, partenariat avec l’entreprise Michelin ; DE METAPHAUR : projet centri minori et partenariat avec la ville de Thiers). 

UMR Territoires  

Créée en 2017 de la fusion de l’UMR Metafort et du CERAMAC, l’UMR Territoires regroupe une centaine de membres, sous les tutelles AgroParisTech, Inra, Irstea, Université Clermont-Auvergne et VetAgro Sup. 

Unité de recherche pluridisciplinaire, elle associe des chercheurs en Sciences humaines et Sociales (géographie, économie, science de gestion, science politique,) et en Sciences biotechniques (agronomie, zootechnie système). L’unité est métropolitaine puisqu’elle est présente sur quatre sites de l’agglomération clermontoise (MSH, campus des Cézeaux, campus agronomique de Lempdes, site Inra de Theix). L’idée centrale partagée dans l’Unité est qu’il existe une multiplicité de configurations (locales et régionales) et de trajectoires (individuelles et collectives) conduisant à une coexistence de « modèles » (entendus à la fois comme archétypes et comme projets) et de stratégies menées au sein des territoires. Elle interroge la capacité à agir des acteurs mais aussi la conception et la conduite de l’action publique. L’Unité mène des travaux sur l’étude des pratiques d’action adaptées à la diversité des modèles, et des postures réflexives pour continuer à adapter ces pratiques. 

Les approches développées relèvent à la fois de la recherche empirique et de la recherche-action : analyse de données (quantitatives et qualitatives, géomatique), approches processuelles de l’action collective, analyse normative et cognitive des politiques publiques ou de la modélisation conceptuelle et informatique, traitement d’enquêtes individuelles et collectives d’acteurs. 

Parmi les thématiques de recherche développés et les terrains d’étude privilégiés, en lien avec le projet Popsu, les questions de gouvernance alimentaire, les enjeux de coopération interterritoriale, les relations métropoles, villes intermédiaires, territoires ruraux sont importantes, en lien avec des projets de recherche et de recherche-action (PSDR4 notamment). 

 

Elus 

 

Professionnels 

 

Responsables scientifiques 

 

Chercheurs 

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!