hypothèse collaborative

[Hypothèse collaborative]  

hypothèse collaborative et outils associés : faire de la recherche autrement 

Référents recherche : Alexandre BARRERE / Julie JOUVENEL / Jean-Dominique PRIEUR 

Pour mieux approcher le réel, la méthode retenue devra être contextuelle et pouvoir permettre de fabriquer des interfaces acteurs-chercheurs, en s’appuyant sur des expériences existantes, potentiellement reconductibles ou à construire sur le territoire. Des expérimentations seront ainsi menées sur des zones cibles pour chacun des axes retenus. Le processus de « révélation » de la Métropole clermontoise impose par ailleurs d’en repenser les modes de représentation. Le choix d’outils adaptés permettra non seulement de poser le cadre de la réflexion, mais aussi de rendre compte des potentialités d’évolution du territoire, dans un dispositif ouvert. Dresser un état des lieux du présent, comprendre la stratification des interventions antérieures constitue un puissant outil pour penser l’évolution des territoires dans ses rapports directs ou indirects à la ville, et se projeter dans le futur. Pour rendre compte de cette recherche « en mouvement » au niveau local, il importera donc de définir des modalités nouvelles d’échange et de partage entre les chercheurs et la Métropole, les partenaires privés et les élus, mais aussi avec l’ensemble des acteurs, engagées dans le programme POPSU Métropole. 

Pour les chercheurs, il s’agit d’imaginer de nouveaux outils, protocoles d’observation et de collectes de données, qui contribuent à la fabrique des représentations et des imaginaires. La période contemporaine est féconde pour ce processus de renouvellement des outils. On observe notamment des phénomènes de déplacements, de transferts, de transposition, de réinvention et d’hybridation entre disciplines, faisant passer certains de ces outils d’un champ à un autre, et allant se nourrir dans d’autres univers, scientifiques comme artistiques. À l’instar de l’atelier de l’imaginaire grenoblois, qui désigne un projet pédagogique et de recherche original, regroupant acteurs culturels territoriaux, et enseignants chercheurs, il s’agit ici d’inventer des partenariats autres, interdisciplinaires, pluridisciplinaires et/ou transdisciplinaires.  

Le temps 0 constitue le temps présent de la recherche. Il permet de montrer la diversité des travaux comme des actions engagées sur le territoire clermontois et les trajectoires possibles que pourraient prendre le récit métropolitain. Ces données, déjà existantes – Annexe 2 (collectées par l’agence d’urbanisme, des services de Clermont Auvergne Métropole comme des chercheurs) pourront ainsi être mises en débat et fournir le point de départ de nos différents projets. Faire de la recherche autrement sur le territoire métropolitain, en rendre compte au fil de l’eau, c’est aussi imaginer qu’elle puisse se documenter et se nourrir par d’autres modus operandi, qui imposent, en premier lieu, de revenir sur la matière existante et ce qu’elle nous dit, ce qu’elle véhicule du territoire investigué. 

DOCUMENTER la métropole / RASSEMBLER le consortium 

Au-delà des programmes de recherches, deux outils (vocabulaire de la métropole / marches) ont été prioritairement retenus pour permettre de faire vivre la plateforme locale. Des rencontres régulières autour des mots (les voyages sémantiques) et des marches (les voyages initiatiques) permettront d’une part de regrouper le consortium tout en y associant d’autres chercheurs invités, des citoyens, des acteurs socio-économiques des territoires, des professionnels et des élus ; d’autre part, de documenter la métropole, de rendre compte des recherches en cours, mais aussi de mettre en débat et de partager. 

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!