logiques de visibilité

[Logiques de visibilité]

entre labels et réseaux 

Référents recherche : Amélie FLAMAND / Géraldine TEXIER-RIDEAU / David ROBIN 

Cette logique de visibilité “au loin” privilégiée par la métropole clermontoise la conduit, depuis une dizaine d’années, à candidater à une multiplicité de labels, notamment européens et internationaux, portant sur des critères patrimoniaux, environnementaux, culturels, éducatifs, numériques et d’innovation sociale. En outre, Clermont-Ferrand s’est elle-même lancée dans la création d’un label endogène à travers la mise en œuvre en 2016 du Réseau International des villes Michelin. Ce sont ces processus de labellisation qui nous intéressent dans le cadre des deux recherches développées ci-dessous : il s’agira plus particulièrement de s’attacher aux synergies d’acteurs mises en œuvre, mais aussi aux effets en matière de politiques territoriales et de processus de valorisation / dévalorisation des territoires publics de la métropole. 

les territoires publics de la métropole labellisée  

Les labels obtenus ou en cours d’obtention par la métropole clermontoise sont nombreux. En 2018, la Chaîne des Puys, faille de Limagne, est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, valorisant les territoires “naturels” qui jouxtent la métropole à l’ouest ; Clermont-Ferrand souhaite aussi se positionner en “ville créative” en candidatant pour devenir capitale européenne de la culture en 2028 ; son identité de ville universitaire lui permet par ailleurs d’obtenir le label international I-site Clermont-Ferrand Cap 20-25, et celui de “ville apprenante“ (Réseau mondial UNESCO des villes apprenantes); enfin, elle entend se rendre visible sur le plan de l’innovation sociale et numérique, qui se traduit par l’obtention récente du label “French impact”.  

objectifs 

À travers cette logique de “labellisation”, il s’agit de s’intéresser aux politiques publiques élaborées sur le territoire clermontois, et leurs dynamiques à l’œuvre sous deux angles. Nous nous attacherons d’une part à interroger les relations déployées, les synergies opérées entre les acteurs publics, privés, associatifs et habitants dans le cadre du portage de ces labellisations. Il s’agira de comprendre la manière dont la multiplication de ces labels fédère les acteurs métropolitains, contribue à produire une identité commune et sont partagés collectivement. D’autre part et conjointement, nous nous pencherons sur l’incidence de ces jeux d’acteurs sur les processus de valorisation des territoires publics de la métropole. Car ces labels, et les acteurs qui les portent, contribuent à mettre en lumière certains sites, espaces, “hauts-lieux”, au détriment d’autres, laissés dans l’ombre. Quels sont ces territoires valorisés, oubliés, invisibles à l’échelle de la métropole ? Quelle est cette cartographie des territoires publics extraordinaires et ordinaires ? Quelle est l’expertise des acteurs publics sur cette question ? Quels sont les impensés ? Quelle est la part d’influence des acteurs privés et de la société civile dans la production de cette cartographie des territoires publics de la métropole labellisée ? 

modalités de travail 

Par l’analyse d’un corpus rassemblant des démarches de labellisations opérées sur le territoire métropolitain, il nous importe de mesurer les enjeux de ces collaborations innovantes à haute qualité environnementale, sociale, éducative, et/ou culturelle, et la manière dont ces projets sont construits (gouvernance, jeux d’acteurs). Pour ce faire, la recherche sera étayée par des entretiens auprès d’acteurs privés et publics (entreprises, fondations, citoyens, élus, chercheurs, collectivités…) qui ont été parties prenantes et associés à l’élaboration de ces dossiers complexes, afin de mesurer les interactions et de comprendre les processus collaboratifs mis en œuvre. Il s’agit aussi de mesurer l’incidence de ces montages de dossiers (avant/pendant/après) sur les représentations et les pratiques des espaces et territoires publics associés à ces manifestations (du chemin de randonnée aux places mobilisées dans Clermont) afin de faire apparaître les espaces publics qui se voient ainsi renforcés, révélés, ou délaissés, à travers ces labellisations du territoire.  

politique de réseaux : rayonner à l’international via le label Michelin 

 Référent recherche : David Robin  

Contexte 

L’entreprise Michelin, à l’origine de l’industrialisation de Clermont-Ferrand et nommée dès 1928 «Michelin-ville», illustre à elle seule les évolutions du capitalisme au cours du XXe siècle : d’une politique entrepreneuriale paternaliste qui, via la protection sociale et la production de cités ouvrières (jusqu’à 8 000 logements produits) fidélise son personnel (jusqu’à 30 000 salariés en 1980), à un monde globalisé avec délocalisation de la main d’œuvre, vente du patrimoine immobilier et abandon de sites industriels. Mais singularité, le groupe Michelin attaché à Clermont-Ferrand y maintient son siège social et développe des unités de recherches concentrant aujourd’hui quelques 6 000 cadres hautement qualifiés. Si le paradigme a profondément changé – il s’agit dorénavant d’attirer des cadres du monde entier et satisfaire leurs exigences en termes d’offre de logements, de cadre de vie, de culture et de loisirs -, le lien étroit qui unit Michelin à la Ville concernant choix et décisions urbanistiques n’en est pas moindre. Si l‘entreprise Michelin a en effet largement contribué à forger le paysage urbain clermontois avec ses cités ouvrières et ses sites de production, le devenir des friches industrielles constitue un enjeu majeur de reconquête urbaine et de fabrication d’un nouvel imaginaire porté par la métropole. Qu’il s’agisse de construction du Centre hospitalier D’Estaing, de la réouverture de la Tiretaine traversant le site de Cataroux, du site culturel et touristique “ l’Aventure Michelin ” ou encore de la valorisation du site des Pistes, le groupe Michelin reste en effet un acteur incontournable des politiques publiques qu’il contribue à influencer et orienter.  

D’entreprise à groupe, Michelin est aujourd’hui aussi une marque, un label, dont la Ville tire profit pour se distinguer dans le nouveau paysage régional AURA, comme à l’échelon international. En 2016, la ville de Clermont-Ferrand fait en effet évoluer son réseau de villes jumelées vers le Réseau International des Villes Michelin (RIVM) qui associe à celles-ci une quarantaine de villes accueillant des sites de production Michelin établis sur quatre continents.  Le RIVM ambitionne de penser la ville de demain, de répondre aux enjeux actuels d’internationalisation, d’attractivité, d’innovation et de développement durable des territoires, ainsi qu’aux défis de la COP21 ou de la Conférence Habitat 3 en associant l’ensemble des forces vives de chaque ville, qu’elles soient institutionnelles, économiques, universitaires, culturelles, associatives, fabriquant “un réseau concret de décideurs publics à une échelle globale”. Basé sur le partage de savoirs et savoirs-faire entre les acteurs publics et privés, le réseau s’appuie sur neuf thématiques : la mobilité pour tous, les transports de demain, les énergies renouvelables et l’économie circulaire, la ville verte, construire la culture, le partage d’expériences, les valeurs d’exemples, le système collaboratif.  

objectifs 

Par cette recherche, il s’agira de retracer les étapes d’élaboration de ce réseau, de rendre compte de sa structure, de sa gouvernance, et de la philosophie du projet global : que porte-t-il et que fabrique-t-il comme connaissances, dynamiques et partenariats ? En quoi et comment contribue-t-il à faire métropole au loin, c’est à dire à consolider la dimension métropolitaine à l’international, à véhiculer l’image positive d’une métropole qui a su mieux que d’autre s’adapter à la désindustrialisation, et qui est en capacité de fédérer des acteurs internationaux avec lesquels elle partage expériences et savoirs ? En quoi Michelin constitue-t-il dorénavant un label pour la Ville et la métropole ? Comment s’opèrent et s’élaborent enfin les projets de reconquête des sites industriels des Carmes, de Cataroux et des Pistes, autant dans la relation de partenariat étroit entre la Ville et le Groupe Michelin que dans l’intégration de valeurs urbaines d’exemplarité portées par le Réseau et nécessaires à la fabrication d’un nouveau récit métropolitain ?   

modalités de travail 

Pour répondre à ses différentes interrogations, nous nous appuierons sur le partenariat engagé pour la période 2018-2022, entre l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Clermont-Ferrand – via le Master EVAN – et le RIVM. Cet engagement réciproque vise notamment à construire des coopérations universitaires avec quatre des villes du réseau. En 2018-2019, une première coopération est lancée avec la ville de Vitoria-Gasteiz (Pays basque Espagnol) – qui reçoit en mars 2019 les 2e rencontres internationales du Réseau – et avec la faculté d’Architecture de l’Université du Pays Basque (UPB-EHU). Ces rencontres constituent le premier terrain d’étude et d’observation de la toile que tisse la Ville à l’International en s’appuyant sur le réseau de la multinationale Michelin, au profit de la constitution d’une dimension métropolitaine. La recherche s’appuiera par ailleurs sur des entretiens avec les élus, techniciens et référents Michelin en charge de la structuration et de l’animation du Réseau et de la mutation des sites industriels de “ l’entre-deux-villes » (Carmes-Cataroux-Pistes). En s’appuyant enfin sur des travaux de recherche récents portant sur Michelin (thèses de doctorat de Corine Védrine et de Thomas Zanetti), le projet imaginé dans le cadre de POPSU explorera aussi les supports de communication et analysera les projets urbanistiques en cours pour comprendre le changement de paradigme : comment passer de la ville industrielle à la ville innovante et hospitalière, soucieuse par ailleurs de réintroduire le paysage dans le cœur métropolitain et de consolider un territoire public répondant aux enjeux de transition écologique et économique, soit du “marketing urbain” axé sur la valeur patrimoine. 

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!