plan alimentaire territorial

[Plan Alimentaire Territorial]  

Plan Alimentaire Territorial (PAT) du Grand Clermont et du Parc Livradois-Forez, une approche par le projet territorial urbain et architectural 

Référent recherche : David ROBIN 

objectifs 

Dans le prolongement de cette première recherche sur la gouvernance et le foncier alimentaire disponible, il s’agit d’incarner cette réalité dans le cadre d’une recherche-action qui se déroulera sur des sites spécifiques - échantillonnage raisonné et représentatif de la diversité des pratiques, des paysages et des architectures agricoles de ce territoire très contrasté (espaces enclavés des massifs du Livradois et du Forez, plaine fertile de la Limagne menacée par la pression foncière, productions à haute valeur ajoutée (AOC)... 

Le scénario retenu, validé avec les acteurs du Grand Clermont et Parc du Livradois-Forez, ambitionne de mieux territorialiser les mutations agricoles et d’imaginer les paysages et l’architecture agricole de demain à travers quatre objectifs opérationnels : préserver et remobiliser les terres agricoles, accompagner l’évolution des pratiques en faveur d’une agriculture durable et rémunératrice, renforcer et créer les filières favorisant l’autosuffisance alimentaire territoriale, développer une culture et un accès facilité au consommer sain, local et responsable. 

modalités de travail 

La recherche-action, mobilisant soixante étudiants de l’Ensacf (de mars à juin 2019) dans le cadre de l’atelier pédagogique Territoires ruraux en projet, propose d’illustrer la mutation du modèle agricole par le projet territorial, urbain et architectural. Un transect, reliant le pôle métropolitain aux hautes-Chaumes du Forez via Billom et Ambert, constitue le terrain d’étude et propose d’établir un échantillonnage représentatif du territoire et des principales filières (céréales, lait viande, maraîchage et arboriculture). Il s’agira d’énoncer des stratégies territoriales et locales et proposer des projets paysagers, urbains et architecturaux intégrant la reconversion foncière et les mutations des filières en termes de production et de distribution. Seront questionnées les formes et les incidences territoriales, urbaines et architecturales que peuvent avoir l’intégration d’une activité maraîchère au cœur de la Limagne et dans le Massif du Livradois, la réintroduction de vignes sur les coteaux de Chanturgue, la mutation des prairies pâturées de la plaine du Livradois en culture de légumineuse, le développement d’un réseau de distribution des productions en circuit court, l’extension de l’abattoir d’Ambert … ?  

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!