La fabrique du sentier infini

La fabrique du sentier infini

_

_ 

Voyages initiatiques 

EN COURS

 

Le sentier infini est un projet qui propose d’expérimenter, de redécouvrir l’ordinaire des territoires par la marche, mais aussi à terme de voyager entre les disciplines en réinventant des représentations, en approchant le réel par l’écriture et la fiction.

Le sentier infini, c’est la fabrique d’un corpus expériences réalisées ou en devenir sur le territoire métropolitain clermontois.  

Le sentier infini c’est un processus à partir duquel pourrait advenir un SentierMétropolitain®. Marque déposée par l’association « Sentiers Métropolitains ». Ce label garantit la qualité des itinéraires réalisés dans les territoires concernés et la conformité du projet au Manifeste des Sentiers Métropolitains présenté à Londres en septembre 2016 

“En transposant dans nos espaces urbains et périurbains la pratique de la randonnée pédestre, on change de monde. Banlieues, autoroutes, aéroports, pavillons, zones industrielles, friches, fragments de campagne... la découverte à pied de ces territoires les détourne de leurs usages fonctionnels, et rend possible une expérience nouvelle. L’idée que nous nous sommes faite, en Occident, de la nature – rêvée « vierge », dénuée d’humains et de marques de la présence humaine – s’est construite notamment sur la pratique de la randonnée pédestre, qui est elle-même solidaire de la peinture de paysage, apparue avec les voies ferrées et la peinture en tube.  

Un siècle et demi plus tard, le nombre d’humains sur la terre s’est multiplié par dix, les campagnes se sont dépeuplées, un humain sur deux est un urbain, nos paysages sont largement modifiés par l’action humaine, les cycles naturels, locaux et globaux, sont perturbés, la sixième extinction de la vie sur Terre s’accélère – et les artistes documentent depuis plusieurs décennies ces territoires habités, modifiés, meurtris, vivants. Nous redécouvrons que nous sommes des habitants de la Terre parmi les autres. On marche aujourd’hui autrement, et on marche ailleurs. 

Sur les bases esthétiques posées par l’artiste américain Robert Smithson, le philosophe Guy Debord ou le collectif italien Stalker, des pratiques de randonnée urbaine se sont installées dans de nombreux territoires, au tout début du 21e siècle, cherchant à offrir des équipements de qualité au grand public dans les espaces périurbains, à Bordeaux, Marseille, Tunis, Avignon, Paris, Milan... 70 ans après l’invention en 1947 des chemins de grande randonnée (GR), nous lançons avec cette charte une démarche incubée depuis 2010, avec le début des repérages du premier Sentier Métropolitain officiel (le GR2013), suivi de près par Istanbul, Londres, Tunis, Paris... – et précédé par une démarche initiée depuis 2000 par Yvan Detraz et le collectif Bruit du Frigo à Bordeaux. Les Sentiers Métropolitains sont un type d’itinéraire pédestre qui explorent d’autres territoires, et mobilisent une autre culture que celle des GR. Bien que les Sentiers Métropolitains se développent aujourd’hui dans le monde entier, ceux qui sont en France peuvent recevoir la labellisation GR : cette double identité permet de croiser les cultures, les publics, en suscitant des malentendus créatifs.Réalisée pour la production d’une vitrine assemblant des archives de la réalisation de plusieurs Sentiers Métropolitains, cette charte sédimente plus d’une décennie de pratiques, par de nombreux collectifs, en France et dans le monde. Elle veut ouvrir le jeu et susciter des discussions, à la rencontre de nouveaux territoires et de nouveaux acteurs.” 

Extrait de la charte des sentiers métropolitains

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!